U.7 Dispositifs de lavage des mains

Le lavage régulier des mains dans les situations d’urgence contribue à prévenir la propagation de maladies comme, entre autres, la diarrhée et le choléra. Des dispositifs de lavage des mains doivent systématiquement être installés à côté des toilettes. Si le lavage des mains n’est pas une pratique courante, il doit être encouragé en s’attaquant aux facteurs à l’origine de ce comportement. Les dispositifs de lavage des mains ont besoin d’un approvisionnement constant en eau et en savon

Le lavage des mains avec de l’eau et du savon après contact avec les matières fécales peut conduire à une réduction substantielle des maladies diarrhéiques. Différentes études suggèrent une réduction de 35 à 45 % du taux de mortalité due à la diarrhée et à d’autres maladies liées à l’eau. La pratique du lavage des mains doit être fortement encouragée dans toute situation d’urgence et les utilisateurs doivent toujours avoir la possibilité de se laver les mains au savon. La promotion du lavage des mains est particulièrement importante si la communauté affectée n’est pas habituée à cette pratique ou si elle est traumatisée. Il est crucial d’encourager cette pratique en particulier à deux moments critiques, à savoir: après être allé aux toilettes ou avoir nettoyé les fesses d’un enfant, et avant de préparer la nourriture et de manger. Les dispositifs de lavage des mains doivent être installés à proximité immédiate (max. 5 m) des toilettes, qu’ils soient privés, partagés ou publics, et dans tous les endroits où l’on prépare et où l’on mange des aliments, comme les marchés, les cuisines et les restaurants.

Considérations sur la conception

Un dispositif de lavage des mains doit comprendre une source constante d’eau et de savon. Si l’eau n’est pas disponible, un désinfectant à base d’alcool pour les mains (ou des cendres) peut être utilisé comme solution alternative. Les dispositifs de lavage des mains sont typiquement des robinets de différentes sortes raccordés à une adduction d’eau ou à un réservoir ou des solutions peu coûteuses comme les « tippy taps », qui sont fabriqués à l’aide d’un bidon suspendu pouvant être basculé avec un levier au pied permettant ainsi à l’eau de sortir. Il est nécessaire de mettre en place une solution d’évacuation de l’eau de lavage afin de maintenir la zone propre et hygiénique et d’éviter la formation de boue et de flaques. L’effluent peut être également récupéré dans un seau, dans une rigole ou raccordé à un tuyau d’égout. Lorsque les conditions du sol le permettent, les eaux grises peuvent être infiltrées sur place, par exemple dans un puits d’infiltration D.10 . Alternativement, on peut envisager de traiter et réutiliser ces eaux. Les dispositifs de lavage des mains doivent être inclusifs X.10, c’est-à-dire être accessibles aux enfants et aux personnes à mobilité réduite. La durabilité du robinet est un aspect très important de la conception. Le robinet doit être très solide afin d’éviter le vol ou la casse.

Matériaux

Il est nécessaire soit d’être raccordé à un réseau d’adduction d’eau, soit de mettre à disposition des seaux munis de robinets. La quantité standard d’eau indispensable au lavage des mains dans les toilettes publiques est de 1 à 2 L par utilisateur et par jour. Cette quantité augmente si l’eau issue des dispositifs de lavage des mains est utilisée à d’autres fins, comme le nettoyage des toilettes (2 à 8 L par cabine de toilettes et par jour), les ablutions à la mosquée (5 L par visiteur par jour) ou la lessive (4 à 6 L par personne et par jour). La norme pour la provision de savon pour l’hygiène personnelle, y compris le lavage des mains, est au minimum de 250 g par personne et par mois. Les installations publiques doivent toujours être pourvues de savon et sont un lieu approprié de distribution de savon à la communauté. Dans le cas où la quantité de savon est limitée, on peut percer un trou dans chaque pain de savon, y enfiler une cordelette et l’attacher au dispositif de lavage des mains.

Contexte

La pratique du lavage des mains doit être encouragée par une promotion constante X.12 dans tout type d’urgence humanitaire et à tout moment en utilisant de multiples canaux de communication. Le lavage des mains et la promotion de sa pratique sont particulièrement importants dans la phase de réponse aiguë d’une situation d’urgence pour empêcher que la situation sanitaire ne se détériore. Les personnes traumatisées sont en effet parfois susceptibles de négliger leur hygiène personnelle.

Fonctionnement et entretien

Il est important d’assurer le remplissage constant des réservoirs, des seaux d’eau et des jerrycans, ainsi que l’approvisionnement en savon dans les installations publiques et les abris (shelters). Dans le cas d’un raccordement à un réseau, il faut s’assurer de la disponibilité d’un plombier pour les petits travaux d’entretien et de réparation. Les canaux de drainage C.5 et les puits d’infiltration D.10 pour l’évacuation des effluents doivent être vérifiés régulièrement afin de déceler tout colmatage. Les dispositifs de lavage des mains doivent être maintenus propres. Pendant la phase de réponse aiguë à une situation d’urgence et pendant les campagnes de promotion active de l’hygiène, il est recommandé de poster un membre du personnel par bloc sanitaire pour rappeler aux gens de se laver les mains et pour leur donner des conseils sur le fonctionnement des installations de lavage des mains et des toilettes.

Coûts

Les savons et les seaux en plastique pour les dispositifs de lavage des mains sont généralement bon marché et disponibles localement. Ils doivent être achetés en grandes quantités au début d’une situation d’urgence. Les autres sources de coûts sont liées au personnel chargé de la promotion de l’hygiène et de la construction des rigoles de drainage et des puits d’infiltration.

Aspects sociaux

La promotion du lavage des mains X.12 est cruciale en situation d’urgence. Toutefois, la mise en place de dispositifs de lavage des mains doit être assurée au préalable, faute de quoi les efforts de promotion seront moins efficaces. Les messages de promotion ne sont pas nécessairement axés sur la santé mais peuvent jouer sur la pression sociale, l’émotion ou l’esthétique. Il faut d’abord évaluer les incitations ou les obstacles liés à certains comportements afin d’être en mesure de formuler des messages efficaces. L’implication de «leaders d’opinion» locaux et de promoteurs de l’hygiène est essentielle au succès de la campagne. Dans certains cas, des interventions visant à modifier les comportements seront nécessaires. La promotion du lavage des mains doit tenir compte des déterminants comportementaux comme la perception des risques pour la santé, les croyances sur les coûts et les bénéfices, les émotions, la pression sociale, les capacités et l’identification ainsi que la réduction des obstacles au changement de comportement.

Critères de décision clés

Produits entrants

Eau
Savon

Produits sortants

Eaux grises

Phase d'urgence

Réponse aiguë + +
Stabilisation + +
Relèvement + +

Caractéristiques des sols

Peu contraignantes

Niveau d’application

Ménage + +
Voisinage + +
Ville + +

Avec et sans usage d’eau

à base d'eau et sèche

Niveau de gestion

Ménage + +
Partagé + +
Public + +

Complexité technique

Faible

Espace requis

Faible

Objectifs et caractéristiques clés

Réduction des risques pour la santé publique et de la transmission des agents pathogènes

Forces et faiblesses

arrow_upward